« Je me demande souvent comment certaines villes réussissent à apporter des changements importants et positifs. Il existe de nombreuses réponses, mais l’une d’entre elles me paraît commune à toutes les villes innovatrices : elles ont toutes connu un éveil, un nouveau départ. »
— Jaime Lerner, ancien maire de Curitiba, au Brésil

« Les villes doivent faire preuve de créativité sociale et politique pour régler les problèmes qu’elles mettent en évidence au fur et à mesure de leur croissance, de leur évolution et de leur dégradation [traduction libre]. »
— Khan et autres, Breakthrough Cities Report
 
 

Selon John Brodhead, ancien directeur d’Evergreen CityWorks, « les villes sont coincées entre les cabarets et les asiles dans la Loi constitutionnelle du Canada » [traduction libre].   

En 1867, les villes sont réellement devenues des « créations des provinces », soumises aux mêmes compétences législatives qui s’appliquent aux hôpitaux, au bois d’œuvre, aux prisons et, oui, aux cabarets et aux asiles. C’est une réalité toujours bien actuelle. M. Brodhead croit que les villes sont trop souvent privées de l’argent dont elles ont besoin pour prospérer. Quoi qu’il en soit, il demeure optimiste. 

Il affirme que « des villes canadiennes se trouvent régulièrement parmi les trois premières villes mondiales en matière d’habitabilité et de résilience » [traduction libre]. 

Il reste beaucoup de travail à faire, mais la situation actuelle du pays est relativement positive. 

 
 

2 000+

tours d’habitation érigées dans la région du Grand Toronto et de Hamilton entre 1950 et 1970

77 %

se trouvent dans des quartiers à faible revenu

Evergreen CityWorks  met l’accent sur les politiques, les leviers financiers et les types de partenariats productifs qui peuvent renforcer davantage l’habitabilité et la résilience. Dans ce domaine, il peut être constructif d’expérimenter de nouvelles politiques et structures, même si le terme « expérimenter » associé à « projet de modernisation de 50 millions de dollars » peut sembler déplacé.   

C’est exactement l’esprit qui inspire le programme Tower Renewal.

Deux mille tours d’habitation en béton s’élèvent au-dessus du paysage de la région du Grand Toronto et de Hamilton. Construites principalement de 1950 à 1970, elles constituent la deuxième plus forte concentration d’immeubles de grande hauteur en Amérique du Nord. Une grande partie de ces tours (77 %) se situent dans des communautés à faible revenu et, dans de nombreux cas, nécessitent des réparations majeures. Leur modernisation constitue une excellente occasion d’aborder l’accessibilité à la propriété immobilière, la durabilité environnementale et la vie sociale.

En 2008, plusieurs acteurs citoyens, comme la Ville de Toronto, la Société canadienne d’hypothèques et de logement et l’Université de Toronto, ont commencé à développer une nouvelle vision des immeubles de grande hauteur de Toronto dans le cadre du programme Tower Renewal. La vision cible la collaboration avec les résidents pour revigorer ces quartiers dans le cadre d’une modernisation sociale et environnementale des immeubles et des zones avoisinantes, les rendant ainsi plus habitables et écoénergétiques, tout en procédant à de nouveaux aménagements d’utilisation collective sur les sites. 

 
 

M. Brodhead reconnaît sans hésiter le changement de mentalité qu’il a vécu lorsque CityWorks, grâce aux fonds de démarrage obtenus dans le cadre du programme Des villes pour tous, s’est impliqué dans Tower Renewal. « Nous pensions que les tours étaient les actifs, mais les véritables actifs étaient en fait les terres autour [traduction libre]. » 

Il est devenu évident que si suffisamment de fonds sont recueillis pour la modernisation des tours, la valeur des terres environnantes devra être reconnue. Actuellement, une grande partie de ces terres n’est guère plus que des étendues de gazon mal entretenu et abimé par le soleil ou le froid de l’hiver. Le fait de considérer ces terres différemment et de reconnaître leur potentiel d’être utilisées de diverses façons, comme pour la construction d’immeubles bas telle que préconisée par Jane Jacobs, a eu un effet catalyseur. Les responsables ont l’intention de consacrer l’espace aux terrains de jeu, aux cafés ou centres informatiques publics, pour ne nommer que ces idées. Cette approche a permis de surmonter certains obstacles financiers en offrant des occasions d’investissements nouveaux, mais elle a aussi mis d’autres obstacles en évidence, comme les règlements municipaux en matière de zonage de la Ville. La Ville a interdit l’utilisation de ces zones à des fins commerciales ou pour d’autres activités. 

La combinaison unique d’acteurs du programme Tower Renewal a réussi à convaincre la Ville de modifier ses règlements. Aujourd’hui, la phase d’expérimentation se poursuit, à mesure que le programme se concentre sur un ensemble résidentiel de 50 millions de dollars qui doit faire l’objet d’une modernisation et qui peut servir de « validation de principe » pour encourager des réaménagements similaires, non seulement à Toronto, mais partout au Canada. 

 
JAN GEHL AU FORUM NATIONAL DU PROGRAMME DES VILLES POUR TOUS « Je crois sincèrement qu’en adoptant une approche plus systématique et qu’en prenant le programme Des villes pour tous plus au sérieux, nous nous apercevrons que les villes seraient beaucoup plus accueillantes, habitables et vivantes, car les personnes y habiteraient en plus grand nombre [traduction libre]. »   — Jan Gehl En novembre 2014, Jan Gehl, l’architecte danois de renommée mondiale qui a inventé le terme « Des villes pour tous » dans son livre emblématique du même nom publié en 2010, a donné une conférence à guichets fermés devant 500 personnes, rassemblées par Evergreen CityWorks à Toronto dans le cadre du forum national du programme Des villes pour tous. Vous pouvez regarder la présentation complète ici. Regardez la présentation complète ici Entretien avec Jan Gehl  Lire Cities for People par Jan Gehl

JAN GEHL AU FORUM NATIONAL DU PROGRAMME DES VILLES POUR TOUS

« Je crois sincèrement qu’en adoptant une approche plus systématique et qu’en prenant le programme Des villes pour tous plus au sérieux, nous nous apercevrons que les villes seraient beaucoup plus accueillantes, habitables et vivantes, car les personnes y habiteraient en plus grand nombre [traduction libre]. »   — Jan Gehl

En novembre 2014, Jan Gehl, l’architecte danois de renommée mondiale qui a inventé le terme « Des villes pour tous » dans son livre emblématique du même nom publié en 2010, a donné une conférence à guichets fermés devant 500 personnes, rassemblées par Evergreen CityWorks à Toronto dans le cadre du forum national du programme Des villes pour tous. Vous pouvez regarder la présentation complète ici.

Regardez la présentation complète ici
Entretien avec Jan Gehl 
Lire Cities for People par Jan Gehl

 
GREENING GREATER TORONTO Evergreen CityWorks a aidé à faire progresser l’initiative Greening Greater Toronto, un partenariat unique regroupant des particuliers et des organisations de la région du Grand Toronto qui s’engagent à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à améliorer la qualité de l’eau et de l’air, à réduire la quantité des déchets et à en améliorer la gestion, ainsi qu’à utiliser les terres de façon plus durable. Crédit photo: Geoff Fitzgerald

GREENING GREATER TORONTO

Evergreen CityWorks a aidé à faire progresser l’initiative Greening Greater Toronto, un partenariat unique regroupant des particuliers et des organisations de la région du Grand Toronto qui s’engagent à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à améliorer la qualité de l’eau et de l’air, à réduire la quantité des déchets et à en améliorer la gestion, ainsi qu’à utiliser les terres de façon plus durable.

Crédit photo: Geoff Fitzgerald

 

 

 

GTA HOUSING ACTION LAB Le Housing Action Lab de la région du Grand Toronto est un groupe de travail intersectoriel composé de 60 organisations provenant des secteurs gouvernemental, privé, à but non lucratif et universitaire. Celles-ci se sont réunies pour créer des programmes et des politiques en appui aux logements abordables, un système de logement plus durable par l’augmentation du financement public de l’intensification, et un cadre stratégique et réglementaire qui favorise la diversité de la forme et du mode d’occupation. Depuis la création du groupe, en 2014, les participants ont défini huit domaines d’intérêt, y compris l’intensification intelligente, l’offre d’incitatifs pour la location d’immeubles construits à cet effet, l’utilisation des actifs immobilisés du logement social, la création d’un partenariat avec le secteur privé pour construire des logements plus abordables, l’augmentation du nombre de programmes de propriété abordable, le programme Tower Renewal ainsi que les allocations-logement en fonction du revenu. Le Housing Action Lab a réalisé de nouvelles études et établi de nouveaux partenariats qui incitent de façon stratégique à modifier le système de logement de la région du Grand Toronto. Il a été organisé conjointement par Evergreen CityWorks et Natural Step, titulaire de subvention de la Fondation. Crédit photo: Nick Kozak

GTA HOUSING ACTION LAB

Le Housing Action Lab de la région du Grand Toronto est un groupe de travail intersectoriel composé de 60 organisations provenant des secteurs gouvernemental, privé, à but non lucratif et universitaire. Celles-ci se sont réunies pour créer des programmes et des politiques en appui aux logements abordables, un système de logement plus durable par l’augmentation du financement public de l’intensification, et un cadre stratégique et réglementaire qui favorise la diversité de la forme et du mode d’occupation. Depuis la création du groupe, en 2014, les participants ont défini huit domaines d’intérêt, y compris l’intensification intelligente, l’offre d’incitatifs pour la location d’immeubles construits à cet effet, l’utilisation des actifs immobilisés du logement social, la création d’un partenariat avec le secteur privé pour construire des logements plus abordables, l’augmentation du nombre de programmes de propriété abordable, le programme Tower Renewal ainsi que les allocations-logement en fonction du revenu. Le Housing Action Lab a réalisé de nouvelles études et établi de nouveaux partenariats qui incitent de façon stratégique à modifier le système de logement de la région du Grand Toronto. Il a été organisé conjointement par Evergreen CityWorks et Natural Step, titulaire de subvention de la Fondation.

Crédit photo: Nick Kozak